Thorizon d'Amsterdam reçoit 10 millions d'euros du gouvernement français pour rendre l'énergie nucléaire plus circulaire grâce au sel fondu

Thorizon, basée à Amsterdam, une spin-off du Nuclear Research and Consultancy Group (NRG), a annoncé avoir reçu 10 millions d'euros du gouvernement français pour développer un réacteur à sels fondus — Thorizon One.

En outre, l'entreprise néerlandaise a été sélectionnée pour participer au programme français d'innovation nucléaire, connu sous le nom de France 2030, qui offre une subvention ainsi qu'un accès à une expertise en matière de recherche nucléaire, de législation européenne et de développement commercial.

Thorizon fait partie des dix startups soutenues par le gouvernement français.

« Seules deux de ces startups ont été fondées hors de France, Newcleo et Thorizon », précise Kiki Lauwers, PDG de Thorizon.

« Nous sommes très fiers de faire partie de ce groupe sélectionné. Cela indique que la conception de notre installation est considérée comme scientifiquement et économiquement réalisable », ajoute Lauwers.

« Historiquement, la France a été le centre d'expertise nucléaire dans le monde », selon Lauwers. « Il est donc important pour nous d’y être également présents physiquement. D'autant que nous collaborons avec la société française Orano, opérateur international reconnu dans le domaine des matières nucléaires, notamment à travers le recyclage de matières nucléaires en nouveau combustible pour une installation comme la nôtre. Avec eux, nous voulons rendre l’énergie nucléaire plus circulaire.»

Avec cette subvention, Thorizon entend accélérer son ambition de développer un petit réacteur modulaire basé sur des sels fondus, utilisant les déchets nucléaires des centrales nucléaires conventionnelles comme source de combustible importante.

Fournir de l’énergie à 250 000 foyers

Thorizon s'associe à des entreprises renommées, notamment Orano, CEA, Oakridge, Tractebel, NRGIPALLAS et Differ, pour développer une installation modulaire durable, rentable et sûre.

L'installation fonctionne au sel fondu et est capable de supporter des températures élevées sous basse pression, ce qui rend impossible toute fuite de matières radioactives.

La future installation vise à fournir de l’énergie propre à 250 000 foyers, marquant la première étape vers une énergie nucléaire plus circulaire.

Thorizon : Rendre l’énergie nucléaire plus circulaire

Fondée en 2018 par Sander de Groot et Lucas Pool, Thorizon a pour mission de développer un réacteur à base de sel fondu qui peut être réalisé rapidement et intelligemment, qui soit sécurisé et qui fait un premier pas vers la circularité en utilisant des technologies à long terme. déchets nucléaires vécus comme source de combustible.

Le Thorizon One est un réacteur modulaire à sels fondus qui transforme les déchets nucléaires en énergie sans carbone.

Son noyau est constitué de plusieurs « cartouches » entièrement fermées, qui peuvent être remplacées pour intégrer des innovations.

Grâce à cela, l’entreprise a réussi à réduire la quantité de déchets radioactifs à vie longue et à générer 250 MW d’énergie propre en une seule fois.

Kiki Lauwers ajoute : « En plus d'être sûre et circulaire, l'installation Thorizon est également « intelligente ». Notre conception est unique en raison de l'utilisation de cartouches remplaçables dans le cœur du réacteur. Cela nous permet de travailler avec des matériaux qui n’ont pas besoin de résister à la corrosion pendant cinquante à cent ans. Ces matériaux sont déjà disponibles aujourd’hui, ce qui nous permet de démarrer rapidement la réalisation du réacteur et de contribuer à la transition énergétique à court terme. »