La startup fintech lettone inGain lève 650 000 € pour son système de gestion de prêts sans code

inGain, basée à Riga, une startup fintech lettone proposant un système de gestion de prêts SaaS sans code, a annoncé avoir obtenu 650 000 € lors d'une nouvelle ronde de financement.

L'investissement provenait de fonds de capital-risque, notamment Trind VC et Fiedler Capital, ainsi que du réseau letton de Business Angels et de plusieurs business angels.

Utilisation du capital

inGain vise à utiliser le financement pour finaliser le développement d'une plateforme libre-service sans code. Cette plateforme permettra à toute entreprise intéressée de créer un outil de prêt personnalisé adapté à ses produits et à ses besoins spécifiques.

Reima Linnanvirta, partenaire de l'investisseur principal Trind VC, déclare : « Nous avons investi dans un excellent produit soutenu par une équipe solide. L'équipe d'inGain possède une vaste expérience dans le secteur et comprend exceptionnellement bien les problèmes des clients.

« Lors de l'examen du produit, nous avons été impressionnés par l'étendue du produit et par la manière dont l'équipe a réussi à transformer quelque chose qui est généralement réalisé sous forme de développement personnalisé en une solution SaaS sans code. »

« Les solutions existantes sur le marché étant très démodées, nous pensons qu'inGain est bien placé pour révolutionner et sécuriser une part significative de ce marché. »

La solution de prêt d'inGain

Fondée en 2011 par Armands Liseks, Kristaps Veinbergs et Juris Čirkovs, inGain est une société fintech B2B proposant des solutions de prêt aux prêteurs traditionnels et fintech, aux prêteurs PME, aux plateformes de financement participatif et aux entreprises non financières cherchant à lancer ou à étendre leurs services de prêt.

inGain propose un système de gestion de prêts SaaS sans code pour les entreprises, simplifiant les opérations sans nécessiter une gestion informatique lourde. Il prend en charge les prêts à tempérament garantis et non garantis, les prêts sur ligne de crédit, les services d'abonnement, les programmes de location avec option d'achat et d'autres produits fintech.

Ces services sont accessibles aux consommateurs et aux entreprises de divers secteurs, qu'ils opèrent en ligne ou hors ligne, et les paiements peuvent être effectués en espèces ou par virement électronique.

Le co-fondateur Liseks explique : « Prenons l'exemple d'un de nos clients. Il s'agit d'une chaîne de magasins en Suisse qui vend divers instruments de musique coûteux. Le produit le plus populaire est le piano. Certains parents sont prêts à acheter un piano, mais que se passe-t-il s’ils passent plusieurs mois à essayer de persuader leurs enfants de jouer du piano, mais que ceux-ci refusent toujours d’en jouer ?

« C'est dans cette optique que le vendeur souhaite proposer une location de piano. Pour les parents, cela signifie que le paiement pour l'instrument de musique sera plus élevé. Mais cela leur donne également deux possibilités : soit le piano est finalement acheté dans son intégralité, soit il peut être restitué au vendeur à tout moment.

« Que se passe-t-il si un acheteur potentiel se rend dans une banque et informe qu'il souhaite acheter un piano ? Comment la banque peut-elle proposer un crédit-bail pour le piano ? Il est fort probable qu'il conseillera au client d'utiliser une carte de crédit ou de contracter un crédit à la consommation avec un taux d'intérêt de 20 pour cent, ce qui n'a aucun sens.»

La philosophie d'inGain met l'accent sur deux principes clés : donner la priorité aux activités principales des entreprises par rapport à la gestion informatique et proposer des solutions SaaS sur mesure qui remettent en question les approches universelles traditionnelles.