La startup belge de semi-conducteurs sans usine e-peas lève 17,5 millions d'euros pour accélérer le déploiement de ses solutions de récupération d'énergie

e-peas, basée à Louvain-la-Neuve, en Belgique, une société de semi-conducteurs sans usine qui développe une gestion d'énergie ultra-faible pour la récupération d'énergie, a annoncé mercredi avoir obtenu 17,5 millions d'euros dans le cadre d'un nouveau cycle de financement mené par Otium Capital.

Les nouveaux investisseurs Nomainvest et EIC Fund ainsi que les investisseurs existants KBC Focus Fund, The Faktory, Wallonie Entreprendre, Noshaq-Leansquare et Start.Invest ont participé au tour de table.

Le dernier cycle de financement aidera e-peas à accélérer le développement commercial de ses produits de gestion de l'énergie ambiante (AEM) et à élargir son portefeuille de produits.

e-peas : aider les entreprises à créer des produits sans batterie

La durabilité est devenue une préoccupation importante pour les fournisseurs de produits électroniques, qui recherchent des moyens de réduire leur empreinte carbone et d'utiliser des matériaux de terres rares.

Fondée par Geoffroy Gosset et Julien De Vos, e-peas développe des circuits à très faible consommation tels que des interfaces de récupération d'énergie et des microcontrôleurs pour rendre les appareils IoT plus économes en énergie et plus durables.

L'entreprise a été pionnière dans les technologies de récupération d'énergie qui collectent l'énergie ambiante telle que la lumière, les radiofréquences, le gradient de température ou les vibrations, éliminant ainsi le besoin de remplacer les batteries et réduisant l'impact du C02.

Les produits e-peas augmentent la quantité d'énergie récupérée et réduisent considérablement la consommation d'énergie de tous les blocs consommateurs d'énergie au sein des nœuds de capteurs sans fil.

Actuellement, la récupération d'énergie de l'entreprise a déjà été adoptée dans de nombreux produits, tels que les télécommandes de télévision, les appareils domestiques intelligents, les étiquettes électroniques d'étagères, les appareils portables et les capteurs industriels.

De plus, il est envisagé pour plusieurs autres applications où l’efficacité énergétique est cruciale.

L'investisseur

Otium Capita est un family office, gérant les actifs du fondateur Pierre-Edouard Stérin.

Avec plus de 1,6 milliard d'euros d'actifs sous gestion, Otium investit à toutes les étapes de développement, depuis les projets d'amorçage et de série A jusqu'aux projets de croissance et d'achat et de construction, dans divers domaines, de la technologie de risque et du grand public à l'industrie et à l'immobilier.

Pierre Ménard d'Otium Capital déclare : « L'innovation révolutionnaire des e-peas est sur le point de répondre au marché en plein essor de la récupération d'énergie. »

Nomainvest est une société d'investissement multifamiliale belge qui se concentre fortement sur les investissements en capital-investissement (capital-risque, capital de croissance et rachats) en Belgique, en Allemagne, en France, au Luxembourg et aux Pays-Bas.

Le cabinet se concentre sur des entreprises ambitieuses ayant des projets de croissance innovants dans des secteurs tels que la construction et le logement durables, l'environnement, le climat et l'énergie durable, la mobilité, la santé et la démographie.

Philippe Niessen de Nomainvest ajoute : « Une technologie disruptive résolvant un problème de développement durable nous a convaincu de soutenir Geoffroy, Julien et leur équipe. »

Le Fonds du Conseil européen de l'innovation de la Commission européenne est agnostique : il investit dans toutes les technologies et tous les secteurs verticaux et dans tous les pays de l'UE et les pays associés à Horizon Europe.

Il fournit la composante d’investissement du financement mixte de l’EIC Accelerator.

Le Fonds EIC fournit du financement aux entreprises développant des technologies de rupture, en les mettant en contact avec des investisseurs et en construisant un vaste réseau de co-investisseurs et de partenaires stratégiques pour partager les risques et augmenter leurs chances de succès.

Svetoslava Georgieva, présidente du conseil d'administration du Fonds EIC, a déclaré : « Le Fonds EIC s'est imposé comme une force importante dans les investissements européens dans les technologies profondes, et nous sommes très heureux de soutenir e-peas, ouvrant la voie vers l'efficacité énergétique dans les appareils électroniques. . Leur technologie révolutionnaire permet de réduire l'empreinte carbone et est tout à fait conforme aux objectifs du Green Deal de l'UE, ainsi qu'aux nouvelles réglementations telles que la directive sur les rapports sur le développement durable des entreprises (CSRD).