Après avoir levé 10 millions d'euros en avril 2024, la startup néerlandaise de technologies propres Pryme obtient un prêt de 5 millions d'euros auprès de ce fonds

Pryme, basée à Rotterdam, une entreprise de recyclage chimique de plastique, a obtenu un prêt à terme non garanti auprès de la société néerlandaise Energietransitiefonds BV (ETF-R) d'un montant de 4 millions d'euros ou, au choix de Pryme, de 5 millions d'euros, avec une durée allant jusqu'en juin 2027. Le taux d'intérêt du prêt est de 9,0 pour cent par an.

Les paiements du capital sont reportés jusqu’à l’échéance, sauf remboursement anticipé. Les intérêts sont payés trimestriellement, sauf pendant un délai de grâce jusqu’en juillet 2025.

De plus, Pryme émettra 300 000 nouvelles actions à ETF-R lors du remboursement du prêt ou d'un remboursement anticipé anticipé, conformément à une décision prise en avril 2024.

Si Pryme choisit de construire une usine de pyrolyse à Rotterdam, aux Pays-Bas, la durée du prêt et le délai de grâce des intérêts seront prolongés d'un an.

Auparavant, en avril 2024, Pryme avait obtenu un financement de 10 millions d'euros auprès de Taranis Investment Limited via son fonds Taranis Carbon Ventures. Les fonds ont aidé l'entreprise à accélérer son déploiement technologique.

Transformer les déchets plastiques en produits de valeur

Selon une déclaration d'InnovationQuarter, la nécessité d'innover dans le recyclage du plastique est évidente puisque la production mondiale de plastique est passée de 1,5 million de tonnes en 1950 à 359 millions de tonnes en 2018. Cependant, la majorité de ces déchets plastiques ne sont toujours pas recyclés, ce qui entraîne d'importantes conséquences environnementales. nuire.

En Europe, plus des deux tiers des déchets plastiques ne sont actuellement pas recyclés. Pour résoudre ce problème, l'UE a fixé des objectifs d'incorporation de matériaux recyclés dans les nouveaux produits en plastique d'ici 2030, tandis que les Pays-Bas visent un recyclage complet des matières premières d'ici 2050.

L'usine Pryme de Rotterdam convertit 40 000 tonnes de déchets plastiques en 30 000 tonnes de déchets plastiques liquides (LPW) par an. Ce LPW est transformé en naphta, une matière première pour un nouveau plastique aux propriétés équivalentes aux plastiques fossiles.

Fondée en 2018 et dirigée par l'actuel PDG Christopher Hervé, Pryme est une entreprise de technologies propres spécialisée dans la conversion des déchets plastiques en huile de pyrolyse grâce à un recyclage chimique à l'échelle industrielle.

L'entreprise déclare : « Nous fournissons une solution rapide, durable et évolutive aux déchets plastiques en convertissant les plastiques PP et PE en matières premières réutilisables. En bref, nous rendons le plastique circulaire.

« Notre mission est d'innover dans le cycle de traitement des déchets plastiques et de contribuer à la réalisation d'une solution zéro carbone et zéro déchet. Nous adoptons une approche pragmatique et intelligente pour trouver des solutions pionnières en matière de gestion des déchets, en recherchant des entreprises ambitieuses avec lesquelles nous associer et en affinant les méthodes de gestion des déchets et de recyclage dans le monde entier.

Pour favoriser une économie circulaire du plastique à faible émission de carbone, Pryme vise à libérer le potentiel expansif de sa technologie. Cela implique de développer un portefeuille diversifié d’usines exploitées en propre en collaboration avec des partenaires stratégiques.

Crédit vidéo : Pryme (YouTube)

La société est cotée sur le marché Euronext Oslo Growth.

Utilisation du capital

Pryme prévoit de tirer un prêt d'ETF-R avant décembre 2024 pour financer le développement de nouveaux sites de production, les améliorations en cours de Pryme One et les frais généraux de l'entreprise.

Cela comprend le développement technologique, la sélection et le développement de sites, les demandes de permis et l'ingénierie initiale des installations pour les nouveaux sites de production.

Dans une déclaration traduite du néerlandais, Hervé, PDG de Pryme, déclare : « Cette facilité de prêt de l'Energy Transition Fund Rotterdam est une étape importante pour Pryme. Cela nous permet d’augmenter notre production et d’accélérer nos projets d’une deuxième usine. Cela nous rapproche de notre mission consistant à fournir une solution durable au problème mondial des déchets plastiques.

En bref sur l'ETF-R

L'Energy Transition Fund Rotterdam est un fonds de 100 millions d'euros destiné aux investissements durables des scale-ups et des grandes entreprises. Son objectif est de réduire les émissions de CO2, de minimiser l'utilisation de matières premières et d'améliorer la qualité de l'air.

La gestion du fonds est assurée par Innovation Quarter, l'agence régionale de développement économique de la grande région de Rotterdam La Haye.

Erik van der Zant, responsable des investissements chez InnovationQuarter, déclare : « L'investissement dans Pryme correspond parfaitement aux objectifs du Fonds de transition énergétique de Rotterdam. Nous souhaitons réduire l’impact CO2 de toutes les activités développées dans la commune – avec un accent particulier sur le complexe industriel portuaire – et utiliser les innovations pour positionner le port de Rotterdam comme un centre leader du recyclage du plastique.

« La technologie de Pryme transforme les déchets plastiques en une matière première précieuse et réutilisable pour l'industrie. Cela contribue ainsi à réduire la dépendance de l'industrie de Rotterdam aux matières premières fossiles et à réduire les émissions de CO2 (fossile) dans notre région et aux Pays-Bas.

Auparavant, Innovation Quarter a aidé Pryme à postuler pour la subvention de démonstration en matière d'énergie et d'innovation climatique (DEI+) et a aidé l'entreprise à trouver un emplacement pour PlantOne.